Le NaNoWriMo, qu’est-ce que c’est?

J’avais dit, la il y a peu, que je parlerais du NaNoWriMo.
Parce que le NaNo, de son petit nom, est une bête bien curieuse.
Mais, commençons par le commencement.

I – Généralité

Crée en 1999 par Chris Baty (aka Dieu pour les « wrimos »), le but est d’écrire 50 000 mots en 30 jours. 50 000 mots d’un même roman. Et si cela fait le roman entier c’est bien. Et si ce n’est pas assez pour finir le roman, c’est très bien aussi.

50 000 mots, c’est à peu près une centaine de page word, parfois un peu moins, parfois un peu plus, cela dépend de plusieurs choses comme du nombre de dialogue, de la longueur des phrases sur la page, etc.

Cela se passe en novembre, pendant les 30 jours. Si possible, on se réuni le 31 octobre, déguisés parce que c’est Halloween/Samain. Avant la minuit, on discute, on se rencontre, on apprend à se connaître. Et puis, à minuit pile, 00h00, on commence à écrire. Pendant 1h. Le plus vite possible. Qu’importe l’orthographe, qu’importe la syntaxe. On écrit. Tous. (Ou presque, on est pas des bourreau, on oblige pas les gens à écrire s’ils n’y arrivent pas)

II – Le but

Écrire.

Non, je vous jure, c’est uniquement cela.
Le NaNo vous pousse à écrire. A écrire ce roman que vous avez au fond de votre tête et qui ne demande qu’à sortir. Le NaNo vous pousse à vous poser devant votre feuille (papier ou numérique) pour écrire.

Il n’y a rien à gagner à la fin si ce n’est la satisfaction personnelle d’avoir fini (ou d’avoir commencer) votre roman.
Ah, si. On y gagne des amis. Des amis qui vous comprennent quand vous parlez d’écriture, de vos problèmes, de votre plot (scénario) qui tient pas la route, de votre personnage qui ne fait pas ce que vous voulez.
C’est un travail sur soi, pour certain, c’est une libération pour d’autre.

III – Avantages et inconvénients.

Les avantages du Nano peuvent aussi être des inconvénients pour d’autres. Ceux qui préfèrent écrire seuls dans leur coin sont les bienvenues, mais le NaNo c’est avant tout pour que le groupe vous pousse à écrire.
En nous réunissant certains après-midi, nous cassons le mythe de l’écrivain solitaire. Nous ne sommes pas solitaires. Nous sommes légion (comme dirait l’autre). Dans les bons jours, on se retrouve à une dizaine, voire même une quinzaine de personnes, dans un même lieu une après-midi. Oh, bien sûr, rien est imposé. Si vous ne pouvez venir que de 14h à 17h, et bien ce n’est pas grave, il y en a qui resteront jusque 19h parce qu’ils le peuvent.
Et puis, si on ne peut pas se déplacer, il y a aussi le chat du NaNo, sur IRC. On y retrouve des Nanoteurs de toute la France, parfois même d’un peu plus loin. (Nous avons notre propre chat français, je ne sais pas ce qu’il en est pour les autres pays, mais le notre est francophone.)

Ainsi, que ce soit pendant que nous nous réunissons en vrai (ces réunions sont appelées Write-in), ou sur le chat, nous faisons des petites sessions d’écriture, des word wars, le plus souvent pendant 15 minutes, parfois 30 minutes, rarement plus, ou alors pour les warriors. Pourquoi est-ce qu’on appelle ça word « war »? Parce qu’on se fait la guerre ! Pendant la période donnée, il faut écrire le plus possible sur son NaNo. Oh, évidemment, on ne se défit pas exactement sur le nombre de mots, car certaines personnes écrivent très vite, mais par rapport à notre moyenne personnelle (ma propre moyenne est de 400-450 mots en 15 minutes, mais certain font deux fois plus, d’autres deux fois moins). Si l’on a fait moins de sa moyenne, et bien, on a rien perdu, puisqu’on a quand même écrit un peu, mais on est encouragé par les autres pour continuer.

C’est ce qui est beau dans le NaNo et je ne le répèterai pas assez, je crois. Les encouragements, le soutien, l’aide. C’est ce qui permet à tout le monde de s’accrocher. Nous ne sommes pas tous des écrivains hors pair, nous ne sommes même pas tous vraiment des écrivains, mais personne ne prend personne de haut, personne ne met en avant, sauf quand il a de bons conseils à donné en toute modestie.

Moi, je n’ai pas de conseil, je ne fais qu’appliquer ceux que l’on m’a donné. Je n’ai jamais autant écrit que pendant les NaNo que j’ai fait. Et ça me rend fière de ce que j’écris. Parce que ça ne reste pas simplement dans ma tête à attendre et à m’embrouiller l’esprit. Je crois qu’on pourrait presque dire que le NaNo m’a appris à écrire. Vraiment. (Même si je reste fière de l’histoire que j’ai créée, bien avant de découvrir le NaNo, aidée par un ami)

Publicités
Cet article, publié dans NaNoWriMo, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le NaNoWriMo, qu’est-ce que c’est?

  1. Ping : Owen&Krystal – Rowina Mno-Fried, personnage secondaire | Lexaelle, auteur en devenir

  2. esoriak dit :

    Tres bel article, simple, efficace, informatif, tout ce qu’il faut. Pour mon premier nano à la kick-off t’étais ma voisine de table avec ta belle robe rouge et ton mug tardis ! C’était trooooop bien ! 😀 Vivement que ça recommence !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s